Christina Ozturk est maman de 11 enfants à seulement 23 ans. Le père est un millionnaire russe de 56 ans, qu’elle décrit comme son prince charmant.

Christina a rencontré le père de ses enfants en vacances, au bord de la mère. Elle était alors adolescente et sa rencontre avec Galip Ozturk a changé sa vie. Le chef d’entreprise de 56 ans est millionnaire et tout comme Christina, il souhaitait avoir beaucoup d’enfants.

10 enfants en seulement 10 mois !

La jeune Russe avait déjà une fille prénommée Vika lorsqu’elle a rencontré le magnat de l’immobilier, rapporte le Dailymail. Comment a-t-elle fait pour faire 10 autres enfants en seulement 6 ans ? Le couple a fait appel à des mères porteuses qu’ils ont payé, ce qui est parfaitement légal en Géorgie, où la famille réside.


En seulement dix mois, Christina et Galip ont accueilli dix enfants issus de mères porteuses. Mustafa est né le 10 mars 2020, tandis qu’Olivia a vu le jour le 16 janvier 2021. Désormais, le couple est à la tête d’une famille de 11 enfants, mais ils ne comptent pas s’arrêter là.



Galip et Christina Ozturk veulent plus de 100 enfants !

Christina et Galip Ozturk veulent une très grande famille, la plus nombreuse au monde ! Ils se disent ainsi prêts à avoir 100 enfants. Sur Instagram, la jeune femme précise même en vouloir 105, bien qu’elle ajoute ne pas être certaine du chiffre final. La jeune maman assure ne pas être fatiguée par le nombre d’enfants dont elle doit s’occuper. Pour l’aider dans ses tâches quotidiennes, Christina peut tout de même compter sur des nounous.

« Je passe le plus de temps possible avec mes enfants », confie-t-elle. Mais lorsqu’elle n’est pas avec eux, la jeune femme tient à ce que l’éducation donnée par les nounous soit bien en phase avec celle souhaitée par son couple. Christina fournit à chaque nourrice une liste de règles à respecter, comme « ne pas prendre les enfants dans leurs bras si il se met à pleurer, mais le distraire pour qu’il se calme.

L’une des mères porteuses a voulu garder l’enfant

En Géorgie, il est donc légal de faire appel à des mères porteuses. Chaque femme ayant porté un enfant pour le couple a été rémunérée environ 9 700 dollars, soit environ 8000 euros. Les mères porteuses ont également signé des documents juridiques pour fixer les termes de leur grossesse.


Christina explique ne pas connaître personnellement chacune des mères porteuses, car elles sont recrutées par une clinique spécialisée. Des professionnels sont chargés de les suivre psychologiquement, pour s’assurer qu’elles soient bien prêtes à donner après la naissance le bébé qu’elles ont porté.

Malgré ses précautions, Christina rapporte que l’une des mères porteuses a souhaité garder l’enfant après avoir accouché. Mais les documents juridiques qu’elle avait signé avant la grossesse l’en ont empêché. Outre les éventuels soucis juridiques, accueillir autant d’enfants en si peu de temps n’est donc pas une mince affaire. Christina, qui se dit ravie, concède que cela demande une organisation millimétrée. Mais pour rien au monde elle ne reviendrait en arrière.