En entretien avec Télé 7 Jours, Amel Bent s’est confiée sur son père. La coach de The Voice est revenue sur sa rencontre riche en émotions avec ce dernier, qu’elle n’avait pas revu depuis longtemps.

Tous les enfants n’ont pas la chance de grandir auprès de leurs pères. Amel Bent fait partie de ceux-là. Pourtant, son père est bien en vie et sur ses pieds. Et si certains n’arrivent pas à pardonner l’absence de leur géniteur durant leur enfance, la chanteuse a trouvé suffisamment de force en elle pour pardonner au sien.

Bien qu’il n’a pas été là pour elle dans le passé, Amel Bent a fait le choix de tout oublier. A l’occasion de la fête des pères le 21 juin dernier, la coach de The Voice a écrit un message dédié aux hommes de sa vie, notamment son père et son mari. « Une bonne fête des pères à mon père et à mon mari que j’aime » a-t-elle débuté sur sa story Instagram.

« Vous n’êtes pas parfaits. Nul n’est parfait. Si Dieu pardonne, alors qui suis-je pour juger ? Parfois on fait de son mieux mais on le sait, ‘’le mieux est très souvent l’ennemie du bien ». Ce que j’ai appris de la vie c’est que l’amour d’une fille, d’une femme ou d’une mère peut changer un homme et le rendre meilleur. Je veux être cette fille, cette femme et cette mère », a-t-elle poursuivit, laissant croire qu’elle n’en veut plus à son géniteur.

A l’occasion de la sortie de son album Vivante, Amel Bent a accordé un entretien à Télé 7 Jours, pendant lequel elle s’est arrêtée sur sa relation spéciale avec son père. Dans son titre Merci Monsieur, la talentueuse artiste raconte notamment les difficultés et les peines que lui a causé pendant des années l’absence de son géniteur.

«J’avais besoin d’écrire cette chanson», a expliqué Amel Bent aux journalistes de Télé 7 Jours. “La maturité et les conversations avec mes proches m’ont permis d’avoir un regard neuf sur cette partie de mon existence… Tout ça a changé ma vie”, affirme aujourd’hui la chanteuse qui exprime son estime à l’égard de son père.

«Papa t’es un grand. Je ne te vois pas comme une personne qui a failli à son obligation. Je ne t’en veux pas », a indiqué la maman de 36 ans. Et lorsqu’elle a évoqué l’instant de ses retrouvailles avec son géniteur, Amel Bent a confié : « Il ignorait quoi dire et il avait les larmes aux yeux. J’étais mal à l’aise devant la douleur, les déceptions, les remords que je constatais dans son regard ».