A l’instar des médicaments, les vaccins sont susceptibles d’entraîner des effets secondaires, dits “indésirables”. Pour Richard Terrel, l’injection de Johnson & Johnson aurait provoqué une réaction extrêmement rare, à savoir des éruptions cutanées étendues sur l’ensemble de son corps. Son cas a été relayé par 8 News, Fox5 et Business Insider.

A 74 ans, Richard Terrel a souffert d’une réaction rarissime. Dans un entretien accordé à 8 News, l’homme se livre sur son état de santé pendant qu’il se remet progressivement de ses symptômes. Encore affaibli, il s’estime néanmoins heureux et reconnaissant de s’être fait vacciner contre le Covid-19.

Une éruption cutanée sévère qui a provoqué des rougeurs sur sa peau

Quatre jours après avoir reçu une dose unique du vaccin Johnson & Johnson, Richard Terrel a commencé à ressentir les premiers symptômes sans savoir s’ils étaient attribués à l’injection. Cela a d’abord commencé par un inconfort au niveau de l’aisselle, “et quelques jours après, j’ai commencé à avoir une éruption cutanée qui me démangeait, et après cela, j’ai commencé à enfler et ma peau est devenue rouge”, explique l’homme.

Sa condition a empiré au fil des jours, ce qui l’a poussé à consulter un dermatologue et à se retrouver aux services d’urgences. Après avoir été admis à l’hôpital, l’éruption cutanée s’est rapidement étendue à l’ensemble de son corps, accompagnée de gonflements au niveau des mains et des jambes, de rougeurs et de desquamations.


“Ça piquait, brûlait et démangeait”, décrit Richard en faisant référence à la douleur ressentie. “A chaque fois que je pliais les bras ou les jambes, comme à l’intérieur de mon genou, c’était très douloureux là où la peau était enflée et sujette aux frottements”, a-t-il ajouté.

Les médecins ont effectué une biopsie

Le Dr Nutan, dermatologue qui fait partie des médecins ayant examiné Richard Terrell, a révélé qu’après avoir réalisé une biopsie, son état de santé a été attribué à une réaction à un médicament. Elle ajoute par ailleurs que s’il n’avait pas été traité, cela aurait pu engager son pronostic vital. “La peau est l’organe le plus vaste du corps et lorsqu’elle devient enflammée comme la sienne, vous pouvez perdre beaucoup de fluides et d’électrolytes”, détaille-t-elle.

Pour autant, l’experte n’a pas immédiatement considéré que ces symptômes étaient liés au vaccin. Elle raconte avoir consulté plusieurs collègues aux quatres coins du monde, procédé à des examens et à un processus d’élimination minutieux avant de déterminer que cette réaction très rare était liée à l’injection Johnson & Johnson. “Nous avons éliminé toutes les infections virales, nous avons éliminé le Covid-19, nous nous sommes assurés que ses reins et son foie étaient en bon état, et finalement, nous sommes arrivés à la conclusion que le vaccin qu’il a reçu en était la cause”, explique le Dr Nutan.

Lire aussi  ERIC ZEMMOUR ET SARAH KNAFO VIE PRIVÉE JETÉE EN PÂTURE – LEUR VENGEANCE GLACIALE

Selon elle, la constitution génétique de Terrell et le type du vaccin reçu auraient joué un rôle dans l’apparition de ces symptômes, ajoutant que les vaccins de Moderna et Pfizer utilisent l’ARN messager tandis que celui de Johnson & Johnson est à “vecteur viral”. Pour autant, les données restent insuffisantes pour en juger, admet l’experte.

Une réaction qui reste extrêmement rare

Pour contrer toute inquiétude ou préoccupation au sujet de la vaccination et ses effets secondaires, le Dr Natan est très claire quant aux avantages de se faire vacciner contre le Covid-19 et précise que la sévérité des éruptions cutanées de son patient sont rarissimes. Dans ce sens, ils ne doivent en aucun cas dissuader une personne de recevoir son injection. “Si vous considérez le risque d’effet indésirable pour le vaccin, c’est réellement très très bas”, ajoute le médecin.

Interrogée par Fox News, elle confie qu’il est possible que ce soit le premier cas associé à une telle réaction suite à l’injection Johnson & Johnson, mais que pour autant, il n’est pas inhabituel que des vaccins ou des médicaments – même ceux que l’on utilise fréquemment – provoquent des réactions cutanées. “C’est quelque chose dont nous devrions tous prendre conscience mais dont nous ne devons pas avoir peur”, met-elle en garde. “Nous savons comment gérer cette réaction, ce que nous ne savons pas en revanche, c’est gérer les patients sévèrement atteints par le Covid-19 auxquels notre équipe a été confrontée l’an dernier. Il est plus difficile de contrôler l’infection que la réaction au vaccin”, souligne le Dr Nutan. Elle rappelle également que s’ils ne sont pas aussi médiatisés, des cas similaires se sont déjà produits en réaction à d’autres médicaments. Dans ce sens, si l’on considère le risque d’être infecté par le virus et le bienfait de se faire vacciner, “la balance bénéfice-risque est toujours hautement en faveur du vaccin”, conclut la dermatologue.