Franck Dubosc, est un célèbre artiste incontournable de la scène française. L’acteur et humoriste très populaire, semble toujours joyeux et a toujours le mot pour rire. Mais derrière cette joie de vivre illimitée, Franck Dubosc cache une douleur incommensurable, qui a touché sa vie, il y a quelques années et qu’il l’a marqué à tout jamais.

Dimanche 7 novembre, il était présent face à la journalise, Audrey Crespo Mara, pour le compte de l’émission ‘Sept à huit’, où il a fait des confidences poignantes sur son père, emporté par la maladie. C’est un Franck Dubosc très ému, qui s’est livré en toute transparence sur TF1. En larmes, il semble encore très marqué par cette tragédie familiale.

Le célèbre comédien a évoqué la disparition terrible de son père, Lucien qui est mort après un long combat contre la maladie de Charcot. « Il a vu que j’avais fait l’Olympia. Il n’est pas venu à l’Olympia. Il ne pouvait pas se déplacer. Mais il a vu que j’avais fait l’Olympia », a-t-il confié, évoquant notamment la fierté de son père, lors de sa première représentation à grande échelle.

Avant de souligner : « Il m’a remis un dessin, que j’ai toujours sur moi dans mon agenda. C’est un dessin de moi sur la scène de l’Olympia (…) Mais c’est dessiné comme un enfant parce qu’il ne pouvait plus se servir de ses mains ». Le père de famille a aussi indiqué que son père, Lucien, mort en 2002, « avait honte d’être malade ».

Les dernière semaines de Lucien ont été particulièrement éprouvantes. « Il y a un mot qui dit qu’il lutte contre cette terrible maladie… qui dit que c’est lui qui gagnera [contre la maladie, NDLR]. Donc je vois la souffrance d’écrire ces mots où en fait il ne parle pas de moi, il parle de la maladie », a-t-il annoncé, avant d’ajouter qu’il s’agit des mots » comme un enfant ».

Franck Dubosc s’est livré dans le cadre de la promotion du film « La dernière partie », diffusé sur TF1, le lundi 8 novembre. A travers ce film, le célèbre humoriste accompagne son père, atteint de la maladie de Charcot, dont la fin de vie est très proche. Le tournage du film a été très difficile pour le comédien, qui souffre encore beaucoup de l’absence de son père.