Depuis plus d’un an, dans plusieurs régions en France, des chevaux sont retrouvés morts avec l’oreille droite sectionnée. Qui tue les chevaux et leur coupe les oreilles ? Un acte de cruauté ? Un challenge ? Les enquêteurs cherchent à comprendre.

Les propriétaires de chevaux, un peu partout en France, sont dans l’angoisse. Depuis décembre 2018, selon les derniers témoignages, des chevaux sont trouvés abattus avec l’oreille droite coupée.
————-
Le premier cas présumé selon La Montagne a été rapporté dans le Puy-de-Dôme le 1er décembre 2018. La pouliche First Avenue de 3 ans a été découverte sans vie, avec une oreille sectionnée, à Loubeyrat. Quelques mois plus tard, un autre cas a été mentionné en Vendée. Puis d’autres cas l’ont succédée un peu partout en France.

« Je n’en dors pas. Mais pourquoi font-ils cela ? C’est invraisemblable », se demandait Melissa Veron, la propriétaire d’une jument de 2 ans, découverte morte jeudi 14 mai dans son pré à Berny-en-Santerre, un petit village de 160 habitants dans la Somme, contactée par Le Parisien. Trois jours plus tard, au même endroit, c’est une ponette de 4 ans qui était retrouvée dans le même état, l’oreille droite sectionné net. « Ce n’est même pas une vengeance personnelle, car les propriétaires sont différents », a expliqué le maire de la commune Francis Leroy. Les chevaux dans cette commune sont dès lors protégés par des caméras de surveillance.
————-

Selon le procureur de la République de Laon, interrogé par France 3 Hauts-de-France, les enquêteurs ont trouvé un seul lien commun : l’oreille droite coupée et pas d’empoisonnement, sinon « le mode opératoire n’est jamais le même ». Il s’agit probablement d’auteurs différents. Les enquêteurs n’excluent pas la piste d’un « challenge » malsain.

En attendant, les propriétaires de chevaux appellent à la prudence.