Très souvent, ce sont ceux qui possèdent le moins qui ont le cœur plus gros que les autres : ne croyez pas que ceux qui ont la possibilité économique ressentent davantage le poids et le devoir de faire le bien ;la vraie bonté, le vrai altruisme habitent ceux qui ont peu d’argent dans la vie, mais beaucoup de chaleur humaine et de valeurs. Des valeurs comme la générosité et l’altruisme.

Une expérience sociale a été menée dans les rues des États-Unis par un youtuber nommé Matt Bandeira ; le jeune homme a délibérément laissé un chien « abandonné » sur le trottoir (mais non dans la réalité des faits) avec un message laissé par son hypothétique précédent maître : « Je ne peux pas m’occuper du chien, que quelqu’un en prenne la responsabilité ».
————-

Dans l’indifférence générale, personne ne semblait s’arrêter, seule une fille s’est approchée pendant quelques minutes pour caresser le pauvre petit chien, mais personne n’a donné aucun signe de vouloir comprendre quel avait été le sort de l’ami à quatre pattes abandonné….

Jusqu’à ce que, finalement, un sans-abri s’approche : il a remarqué le petit chien attaché au trottoir avec le message laissé par le maître, puis il s’est approché en le caressant ; pendant quelques minutes, le pauvre homme semblait continuer son chemin, mais il est ensuite retourné vers le petit chien avec une peluche trouvée dans la benne et un peu de nourriture pour nourrir l’animal.
————-

Dans la vidéo de l’expérience sociale diffusée sur YouTube, on peut entendre les mots de l’homme sans-abri qui dit au chien :  » Tu as un nom ? Tu as faim ? Tu dois avoir très faim. J’ai trouvé de la nourriture. C’est ce que je donne à mon chien ».

L’expérience sociale de Matt nous montre quelque chose de très important : que ceux qui ont le moins, donnent le plus, ceux qui ont vécu une vie de privation, connaissent la valeur de l’altruisme et de la générosité ; une grande leçon de vie que nous devrions tous garder à l’esprit.