Selon un hebdomadaire, l’artiste émérite serait sur le point de goûter aux joies de la paternité pour la troisième fois.

La publication Ici a consacré un dossier sur la vie amoureuse de la star de 62 ans, qui vit désormais avec Clémence, une jeune femme, annonce que la jeune femme de 26 ans serait enceinte pour la première fois. D’après nos confrères, la fiancée de Patrick Bruel serait extrêmement heureuse de l’arrivée de ce bébé, qui viendrait concrétiser leur amour. Une rumeur qui infirme les confirmations de nos confrères de Closer, qui avaient annoncé que le couple était au bord de l’implosion.

Selon Closer, l’artiste «ne serait pas prêt à se dédier à un nouvel enfant », qui souligne que : «pas de doute, la différence d’âge entre les deux tourtereaux – trente-cinq ans d’écart – qui n’avait pas posé de problème jusque-là, ni pour l’un ni pour l’autre, complique désormais leur relation ». L’hebdomadaire Closer avait également annoncé que Patrick Bruel et Clémence n’habitaient plus ensemble.

Durant sa dernière interview accordée à Pure Charts, la star émérite ne s’est toutefois pas exprimé sur le sujet. Le célèbre chanteur y évoque notamment son dernier album et de sa participation à l’émission Les stars voyagent dans le temps, dont le tournage a été eu lieu au Puy du Fou. Le programme sera diffusé, très bientôt sur M6.

« J’ai rarement fait un album aussi rapidement. Le confinement serait en grande partie en cause », a confié l’heureux papa de deux enfants, soulignant concernant son titre A la santé des gens que j’aime : « En général, je mets 5-6 ans entre les albums, là ça fera trois ans. On avance… Musicalement, cette chanson là est une parenthèse ».

« Là, c’est plus dans le registre d’un ‘Amants de Saint Jean’ 2021 avec des sonorités un peu plus modernes. Mais le reste de l’album sera différent », a indiqué la star, auprès de l’animatrice Sophie Davant sur M Radio. La star a également évoqué la douleur de vivre loin de ses deux fils, Léon, né en 2003, et Oscar en 2005, qui ont posé leur valise à Los Angeles avec leur mère.

« On tire chacun de son côté, de plus en plus fort, et parfois trop fort. Des fois, c’est compliqué et douloureux, mais il ne faut pas baisser les bras. Si vous abandonnez, l’enfant qui tire très fort de son côté va s’écrouler. Il va tomber », a-t-il poursuivi. L’apparition de la crise sanitaire, qui avait engendré la fermeture des frontières avait eu un terrible impact sur leur vie. Mais aujourd’hui, il compte bien rattraper le temps perdu avec ses fils, qui sont toujours sa priorité.