Le célèbre chanteur, Thomas Dutronc vit une période très compliquée. En effet, le fils de Jacques Dutronc et de Françoise Hardy doit faire face à la maladie de sa mère, dont « la fin serait proche », selon nos confrères de Public. Sa situation serait particulièrement inquiétante. D’ailleurs, Françoise Hardy a pensé à tout et elle a récemment révélé qu’elle avait rédigé son testament.

« Avec l’aide de mon notaire, j’ai rédigé mon testament il y a quelques années. J’espère laisser à Thomas de quoi payer les frais de succession exorbitants qui lui seront réclamés, ainsi que les charges qu’un studio et un appartement où habitent de très proches amis lui coûteront », a-t-elle indiqué.

Aujourd’hui, la célèbre chanteuse qui a marqué toute une génération avec ses titres exceptionnels a confié qu’elle vivait un véritable calvaire. Pendant les confinements liés à la crise sanitaire sans précédent, la star a avoué avoir vécu des moments particulièrement difficiles.

————-

« Je vis confinée depuis 2019 et dépends des autres pour m’alimenter. Lors du premier confinement, mon grand ami Marco qui vit en banlieue ne pouvait plus m’apporter mes courses alimentaires de produits frais, l’approvisionnement en eau s’avérait très problématique, et d’un seul coup l’attente pour les précieuses livraisons Picard durait un mois ! J’ai ressenti une grande détresse », a-t-elle annoncé.

Lire aussi  Merveilles botaniques : 17plantes insolites que des personnes ont décidé d'immortaliser

Depuis quelques semaines, s’alimenter est devenu un enfer. « J’ai eu un cancer du pharynx, apparemment la tumeur est éradiquée mais enfin elle peut toujours revenir. On ne sait jamais avec ces trucs-là, c’est sournois. Les effets secondaires de la radiothérapie sont épouvantables et là je passe vraiment par une période extraordinairement difficile », a-t-elle annoncé.

Avant de poursuivre : « On ne peut pas être chanteuse et être dans cet état-là, ce n’est pas compatible. J’ai perdu l’audition d’une oreille à cause d’une radiothérapie et je ne pense pas qu’on puisse chanter correctement […] J’ai 75 ans, je pense que j’ai assez chanté comme ça. Quand j’ai des tout petits appels de salives, je reprends espoir, quand ça se dessèche encore plus, mon moral chute ».