Cette mariée a su avec regret que sa mamie de 102 ans était très malade et ne pouvait pas assister au jour le plus heureux de sa vie. Découvrez le geste émouvant qu’elle fera pour que finalement sa grand-mère puisse faire partie de cet évènement très attendu.

Relayée par nos confrères d’ABC News, cette histoire est émouvante car elle témoigne d’un amour intense entre une femme et sa grand-mère. Et pour cause, pour que cette dernière assiste à son mariage, elle prend une initiative originale.

La mamie de la mariée était très malade

Alors que la grand-mère de Tara Foley, qui devait fêter son mariage, était très enthousiaste d’assister à cet évènement, les infirmières étaient catégoriques. La femme de 102 ans ne pouvait y aller car elle devait prendre l’avion, une chose impossible au vu de son âge avancé et de la faiblesse de son cœur. Cette nouvelle a terriblement déçu la fiancée. Et pour cause, la future mariée et sa mamie étaient vraiment proches.

Les deux femmes étaient très proches

Stasia, la grand-mère de Tara a 102 ans et a été un véritable témoin de l’Histoire. Elle a vécu la Grande Dépression et a travaillé alors que son époux était enrôlé dans la Seconde Guerre mondiale. La petite-fille raconte : « Elle a vu Babe Ruth jouer au Yankee Stadium. Elle a toujours été fascinante pour moi ». La mariée raconte qu’elle vivait près de Tara et qu’elle pouvait la voir souvent. Lors de son déménagement au Texas, Tara venait aussi la voir. « Elle a toujours été une personne très importante dans ma vie. Nous avons un lien très spécial » s’émeut-elle.

Stasia a organisé un shooting professionnel chez sa grand-mère

Devant se résoudre à l’absence de sa grand-mère adorée, Tara Foley n’avait qu’une seule solution, se rendre chez elle au Connecticut. « Je savais qu’aller chez elle était la seule option que je pouvais choisir pour réaliser son souhait d’assister à mon mariage », raconte la jeune mariée. Ni une ni deux, elle vole vers elle avec sa robe pas encore finie. Elle se fait alors maquiller et coiffer avec sa grand-mère et participe à une superbe séance photo. « Je me suis sentie plus proche d’elle ce jour-là que jamais auparavant », se souvient-elle. Elle ajoute qu’elles ne faisaient même pas attention à la présence des appareils photos et qu’elles passaient un très bon moment. Stasia était heureuse, à l’instar de cette grand-mère émue de découvrir qu’elle allait emménager avec son petit-fils.

Lire aussi  Jean-Luc Mélenchon, sombre prédiction, son étrange rêve à l’élection

a sera décédée 27 jours plus tard

En se remémorant cette séance photo, la future mariée était très émue. Sur Facebook, elle partage un statut sur cette expérience inédite. Elle écrit : « Les mots ne peuvent pas expliquer à quel point ces moments comptent pour moi et je chérirai ces souvenirs pour le reste de ma vie. Son sourire et son rire sont à jamais gravés dans mon esprit et notre amour vivra dans mon cœur », témoigne-t-elle, pleine d’émotion. Ce statut est vite devenu viral et a été relayé plus de 70 000 fois. 27 jours après ce moment privilégié à deux immortalisé, Stasia est décédée. Sa petite-fille déclare : « Bien qu’elle ait eu 102 ans et ait vécu une vie très longue et épanouissante, il n’est pas toujours facile de perdre qui que ce soit. Je suis très chanceuse de l’avoir eue dans ma vie ». Tara a donné ces photos mémorables à tous les membres de sa famille qui étaient stupéfaits de l’acte de la future mariée. « Ils étaient dans un état de choc et d’incrédulité… Ils ont juste commencé à pleurer immédiatement. Ils étaient très submergés d’émotion et extrêmement surpris », raconte-t-elle.

Le deuil est une épreuve douloureuse

Interrogée par nos confrères de Psychologies, Marie Frédérique Bacqué, professeure de psychopathologie et présidente de la Société de thanatologie explique le processus vers l’acceptation du deuil. « Il faut aller à travers le chagrin, avancer dans son deuil et l’intégrer », indique la spécialiste. Elle ajoute que pour le surmonter, il est important de vivre les émotions qui sont nécessaires à exprimer pour arriver vers la résilience. Plusieurs états d’esprits ponctuent le deuil tels que le choc, la sidération, la colère, le marchandage avant de pouvoir être en paix avec cette épreuve douloureuse. Seulement, il est possible de se réapproprier sa vie et cela passe par le soutien de l’entourage. Un accompagnement médical et thérapeutique peut être envisagé. Les démarches pour surmonter un deuil sont diverses. Par exemple, cette famille a passé 16 jours avec le cadavre de leur fille.