USA : Un prisonnier a agressé à mort deux détenus pédophiles

Un détenu condamné à une peine de prison à perpétuité a avoué dans une lettre avoir battu à mort deux prisonniers pédophiles. Il affirme avoir pourtant averti les responsables de la prison qu’il risquait de devenir violent envers ces prisonniers mais que ces derniers n’ont pas pris ses propos au sérieux.

Dans un courrier adressé à la presse, Jonathan Watson a avoué avoir agressé à mort deux autres prisonniers condamnés pour agressions sexuelles aggravées sur des enfants de moins de 14 ans. CBS News, nous révèle les détails de cette affaire sordide.

Selon le détenu, il pensait rendre service à tout le monde

Après avoir lui-même commis un meurtre, Jonathan Watson a été condamné à perpétuité. Malgré sa condamnation, il a réussi à faire deux autres victimes, mais cette fois-ci, il l’aurait fait pour la bonne cause, à en croire le détenu. L’homme de 41 ans a raconté aux médias qu’il a matraqué de sang-froid deux prisonniers pédophiles, même s’il aurait aimé ne pas en arriver là. Selon lui, il pensait rendre service à tout le monde.

 

 

La première agression s’est produite dans le dortoir où Jonathan Watson a été transféré. Lorsque l’un des pédophiles a commencé à visionner un programme pour enfants à la télévision, Watson est devenu fou de rage. Il avait pourtant prévenu les responsables de la prison qu’il pouvait commettre un meurtre, sans pour autant que ces derniers ne le prennent au sérieux. Deux heures plus tard, lorsque l’un des pédophiles a de nouveau activé le programme de télévision pour enfants, Watson a perdu le contrôle et a battu à mort le détenu David Bobb, 48 ans, avec une canne.

Seulement en voulant se rendre, il a vu un deuxième trafiquant d’enfant connu et n’a pas hésité à l’attaquer violemment en lui infligeant des blessures mortelles à la tête. Watson a aussitôt été placé en isolement en attendant la suite de l’enquête.

A propos de ses meurtres, le prisonnier a déclaré sans regret qu’étant condamné à perpétuité, il n’avait rien à perdre. En ajoutant que ces gens sont le cauchemar de tous les parents.

Conséquences des violences sexuelles sur les enfants

En cas d’agression sexuelle, les conséquences psychologiques sur les enfants peuvent être graves, selon les cas. Catherine Jousselme, pédopsychiatre, explique que ces derniers peuvent ne plus se satisfaire des relations qu’ils ont avec les enfants de leur âge, qu’ils trouveront sans intérêt. Ils peuvent ainsi ne se plaire qu’en présence des adultes, ratant de ce fait, des moments de leur enfance, indispensables à leur épanouissement. D’ailleurs, souvent ces victimes prétendent que leur agresseur leur a «volé leur enfance ». A l’adolescence, ils peuvent vivre des crises d’angoisse et se poser des questions existentielles pouvant même les mener vers des tentatives de suicide, comme le cas de cette adolescente.De son côté, Muriel Salmona, psychiatre spécialisée dans la prise en charge des victimes du viol, estime que la personne agressée peut être déconnectée de ses émotions après une agression sexuelle. Elle précise que cette amnésie traumatique n’est pas vraiment un oubli mais que la victime se sent en quelque sorte dans le brouillard.

Par ailleurs, une enquête de 2019, réalisée pour le compte de l’association Mémoire traumatique et victimologie, a conclu que les séquelles physiques et psychologiques sont importantes, telles que la vulnérabilité extrême des victimes. De plus et toujours selon l’enquête, la moyenne d’âge des victimes est de 10 ans et 90% des bourreaux sont de sexe masculin. Les victimes quant à elles sont à 83% des filles mineures. Plus choquant encore, il s’avère que 51% de ces agressions se produisent dans un environnement familial. Dans 44% des cas, les proches en sont responsables.

ARTICLES SIMILAIRES