Les Cambridge pourraient parvenir à leur fin. Celle visant à faire exiler le prince Andrew, souvent présenté par les médias comme le père biologique du prince William.

Cette allégation était rapportée notamment par New Weekly l’année dernière. La publication tentait d’étayer ses propos par les confidences d’une ancienne gouvernante de la famille de la princesse Diana. Ses révélations étaient également rapportées dans le documentaire The Diana Story, diffusé sur un canal local.

« On pensait qu’elle était mieux avec le prince Andrew », a déclaré l’ancienne gouvernante. Le magazine australien s’est saisi de son témoignage pour en remettre une couche, soutenant que le prince William pourrait ne pas être le fils du premier fils de la reine Elisabeth II. Une hypothèse qui pourrait rendre furieux le mari de Kate Middleton qui n’apprécie pas tant son oncle Andrew.

« William n’est pas fan d’Oncle Andrew », a affirmé un proche de la famille royale auprès du magazine Time. Le comportement « disgracieux et ingrat » du duc d’York est une véritable raison de gêne pour l’héritier en second à la couronne. Ce dernier reste focalisé sur « l’intérêt supérieur de la monarchie » dont l’image a subi des contrecoups suite aux déboires du prince Andrew avec la justice américaine.

Étrangement, si le prince Andrew est le seul au sein de la famille royale à s’être attiré les foudres de la justice et pourrait bientôt être jugé, il ne serait pas le seul à afficher un comportement exécrable. Le prince William, tout sourire en public, ferait place à une ambiance moins joviale en coulisses. L’héritier en second à la couronne britannique n’aurait pas un tempérament facile à vivre.

Le prince William dévoilerait un comportement de feu, selon le magazine Frau Aktuell qui se base sur les explications de Robert Lacey, historien et auteur du livre Guerre royale, paru en France aux éditions Albin Michel. « Entre coups bas et trahisons, Robert Lacey raconte les dessous insoupçonnés d’une bataille familiale qui ressemble de plus en plus à Game of Thrones », commente la publication.

« Le trône britannique a survécu à la décapitation, à l’exil et à suffisamment de scandales pour les stocker dans des bibliothèques entières. Maintenant, un nouveau chef doit ouvrir la voie. William, pas Charles », écrit Robert Lacey qui décrit dans son livre le mari de Kate Middleton comme une personne « complexe, loin de l’homme tout sourire et toujours gentil que les médias du monde ont l’habitude de voir ».