Il y a un peu plus d’un an passé, une curieuse maladie commence à apparaitre dans les hôpitaux chinois de la région de Wuhan, une maladie affectant les voies respiratoires des contaminés. En effet, les médecins de la région tirent alors la sonnette d’alarme et une recherche pousse les scientifiques jusqu’à un marché de Wuhan où le Covid-19 serait visiblement apparu et aurait commencé à contaminer des gens.

Alors, le problème, c’est que cette maladie, elle va rapidement se transmettre dans cette région de Wuhan ce qui poussera les dirigeants à vite prendre des décisions afin de protéger le reste du pays.

En effet, ils décideront alors de confiner cette immense ville, pourtant l’un des poumons économiques du pays au regard son industrialisation, durant plusieurs mois pour essayer de maitriser le virus.

En fait, le problème, c’est qu’à cette période-là, celui-ci s’est déjà fait la malle et quelques mois plus tard, il sera parvenu à contaminer la planète entière, et ce nonobstant les efforts de tous les pays afin d’enrayer sa propagation.

Un débat qui agace…
En effet, l’un des problèmes de ce Covid-19, c’est qu’il est très récent et que donc on ne sait au finish pas grand-chose de lui. D’ailleurs, c’est ce qui explique les multiples avis de la communauté scientifique.

D’ailleurs, on en a vu un exemple éloquent il y a quelques jours passés quand deux de ces experts étaient conviés sur le plateau de l’émission de Laurence Ferrari sur Cnews afin d’évoquer de la deuxième vague.

Par ailleurs, les deux épidémiologistes se sont alors subitement manifestés par deux avis très contradictoires ce qui a vite fait monter le ton de l’échange chacun accusant l’autre de raconter sornettes.

Enfin, c’est Laurence Ferrari qui a dû taper du poing sur la table afin de calmer le débat qui n’allait nulle part et qui revoyait une très mauvaise image de la médecine. Finalement après une halte, l’un des épidémiologistes va quitter le plateau en fureur.