Convié par Anne-Elizabeth Lemoine sur France5, Éric Dupont-Moretti a évoqué le dérapage d’Eric Zemmour. «Il faut renverser la table. Il faut que ces jeunes, tous issus de l’immigration, ne viennent plus ici. Parce qu’ils n’ont rien à faire ici. Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs… C’est tout ce qu’ils sont ! Il faut les renvoyer. Il ne faut même pas qu’ils viennent», a indiqué Eric Zemmour sur le plateau de CNews lors d’un débat autour des mineurs qui immigrent en France.

Les dires d’Éric Zemmour ont engendré une controverse, faisant réagir jusqu’au gouvernement. « Chroniquer à la télé c’est informer, participer au débat démocratique, ça n’est pas répandre la haine et le racisme. Tous les chroniqueurs ne se comportent pas de cette façon comme tous les mineurs étrangers ne sont pas des voleurs ! La Justice, saisie, fera à nouveau son travail », a noté Eric Dupont-Moretti sur Twitter.

En effet, dans C à vous, l’émission d’Anne-Elizabeth Lemoine sur France 5, le garde des sceaux indiquait la nature du journaliste de CNews. «C’est un multi récidiviste de la haine et du racisme !», a-t-il dit. «Éric Zemmour «peut-il encore être diffusé en quotidienne sur CNews !», interrogeait pour sa part Quotidien, l’émission de Yann Barthes diffusée sur TMC.

«Nous journalistes de CNews, ne sommes pas Eric Zemmour. Nous sommes une rédaction. A ce titre, par l’intermédiaire de la société des rédacteurs, nous condamnons avec la plus grande fermeté les propos tenus par Eric Zemmour sur notre antenne », expliquent les collègues du polémiste, visiblement peu désireux d’être associé à la polémique.

En effet, le parquet a annoncé qu’une enquête est ouverte pour «provocation à la haine raciale » et «injures publiques à caractère raciste». Des sanctions pourraient aussi s’élever du côté du CSA pour qu’il n’est pas exclu de se pencher sur la question.

D’autant plus que le gendarme de l’audiovisuel avait déjà mis en garde, notamment en matière d’incitation à la haine et à la violence au mois de décembre 2019, la chaîne CNews pour les propos du même journaliste sur le même plateau concernant la guerre d’Algérie.

Ce qui invite également à se demander pourquoi CNews n’a pas coupé le discours d’Éric Zemmour tandis que l’émission dont il intervient, Face à l’info présentée par Christine Kelly, n’est plus diffusée en direct depuis le début de l’année. Mais plutôt avec un différé de trente minutes supposé assurer «les conditions d’une parfaite maîtrise éditoriale » et «prévenir d’éventuels manquements éthiques ». La chaîne pourrait être poussée à fournir des explications.