Bernard Tapie qui lutte depuis de nombreuses années contre un horrible cancer en phase 4, a accepté de se confier dernièrement sur cette pathologie qui a chambardé ses projets. À ce jour, celui qui est réputé comme étant un homme d’affaires très puissant, profite très bien de chaque seconde de la vie. En effet, il sait pertinemment bien que sa fin est proche et qu’il peut mourir à tout moment.

« Je me sens donc actuellement beaucoup plus mal (…) C’est très violent (…) Ce ne sont pas les effets habituels de la chimio, qui sont la diarrhée ou les nausées. Ici, ce traitement peut altérer le cœur et l’assistance respiratoire, donc il peut incontestablement mettre en péril celui qui le subit », a-t-il précisé au cours d’une entrevue livrée à nos confrères du ‘Soir’.

Avant d’ajouter : « Les tumeurs sont en régression en volume, mais pas en quantité. Il peut connaître des rémissions partielles, même une rémission totale momentanée, mais il repartira à un moment ou un autre. Les professeurs qui me soignent en France, voyant que les traitements que je recevais depuis deux ans ne donnaient pas de bons résultats, ont cherché si, dans le monde, il existait éventuellement d’autres possibilités ».

En effet, l’ex patron de l’Olympique de Marseille a révélé qu’il expérimentait une nouvelle thérapie expérimentale très prometteuse. «

Il y a trois stades pour le lancement d’un nouveau traitement sur le marché. Mon traitement est au deuxième stade. Il faut attendre des résultats suffisants pour qu’il passe au troisième stade », a-t-il révélé.

Avant de poursuivre : « Pour avoir la paix, les médecins refusent de vous soumettre à ce traitement. Mais si on ne l’avait pas mis en route, je ne serais certainement plus là pour vous en parler. Oui, je serais mort sans ça ». Actuellement, Bernard Tapie et tous ses espoirs dans cette nouvelle thérapie et espère du fond de lui un miracle.

Par ailleurs, l’ex homme politique a vécu une situation étonnante. En effet, alors qu’il continue à payer son électricité, un agent d’EDF s’est présenté à son domicile pour lui couper son « électricité ». « C’est fou, ils ont essayé de me couper l’électricité », a précisé Bernard Tapis, qui a poursuivi qu’il avait désormais trouvé la solution à la situation qu’il juge « grotesque ».