Brigitte Macron craignait dans les colonnes de Paris Match que l’histoire ne retienne du mandat de son époux que les crises, économique, et sanitaire. En fait, ce serait catastrophique.

En effet, un historien se confie à ce sujet. Il est question ici de Georges Vigarello, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

En échange avec Paris Match, cet historien du corps, de l’hygiène et des sensibilités analyse les répercussions de l’épidémie et de l’isolement forcé.

Par ailleurs, il n’est pas du tout positif et parle des répercussions terribles pas uniquement « économiques et sociales ».

« Nos quotidiens sont structurés entre espace et temps. Ils sont de plus en plus maîtrisés. Là, ils deviennent des obstacles. Je ne peux pas sortir, je suis confiné chez moi », a-t-il précisé. Or, la vie, c’est justement se répandre dans l’espace. Quant au temps, il est incontrôlable? je ne peux plus le penser, je ne sais pas comment les choses vont se dérouler ».

« Les gens me disent qu’à partir du 15 du mois c’est de plus plus difficile», a-t-elle déclaré, tout en soutenant qu’il était très rare que l’on (l’) aborde en étant agressif».