On risque de croire que seules les personnes anonymes et un peu confiant peuvent se faire arnaquer par des hommes ou des entreprises de mauvaise foi… cependant ce n’est pas le cas ! Et d’ailleurs, la femme la plus puissante de la France, l’expérimentée…Brigitte Macron, femme du Président de la République Française actuelle, a été terriblement arnaquée de la part d’une entreprise de cosmétique étrangère ! Et les cybernautes qui ont suivi l’affaire de près ont aussi, cette fois-ci, complètement été dupés par cette tromperie ! alors voici la vérité sur ce récit inouï.

Alors, tout a débuté sur Internet avec le partage, par une organisation commerciale privée, d’un cliché de l’ex-professeure de français dans une publicité mettant en avant les mérites d’une crème anti-ride aux effets prétendument miraculeux ! Cette action posée bien sûr sans l’autorisation de la femme de l’ex-Ministre des Finances, et clairement sans aucune relation avec sa peau digne d’une jeune fille de vingt ans, a surtout déplu à la Première Dame. On la comprend surtout que les réactions de la population française sur la toile ont été notamment intenses, celle-ci ayant même fait l’objet d’attaques très violente quant à une prétendue prise de participation de Brigitte Macron au capital de cette entreprise cosmétique. (…). Surtout touchée par celle-ci, elle a même été contrainte de poursuivre en justice cette société de cosmétique qui était en train d’écorner son image.

Cependant, la Première Dame iconique a été contrainte aussi d’indiquer qu’elle n’avait clairement pas de remède anti-ride magique, non partagée au grand public. En effet, cette affaire un peu folle, vient ainsi s’ajouter au contexte délicat que vit actuellement la femme du Président de la République qui a surtout vu la mort de son premier époux, le père de ses enfants. Espérant que cette nouvelle un peu folle n’affecte pas la Première Dame, sur laquelle compte beaucoup Emmanuel Macron en ce temps, au vu de sa situation professionnelle tendue où ce dernier doit faire face à une crise sanitaire, mais également et surtout à une crise économique.