Ses interventions médiatiques lui ont coûté quelques critiques violentes de la part des membres du clan royal. Cependant Meghan Markle n’en aurait cure.

En effet, le prince Charles et sa femme, Camilla Parker-Bowles, auraient motivé Meghan Markle à plus de discrétion. Ce que n’est pas souhaité par la duchesse de Sussex notamment active à la veille de l’élection présidentielle américaine. D’après le magazine New Idea en relation, le Prince Charles s’attendrait à ce que sa belle-fille fasse moins des bruits d’elle.

Peine perdue. Le Mirror relate une escapade de la femme du prince Harry sur le motif de son retrait du clan royal. « Prendre la meilleure décision pour votre famille et vous n’est pas forcément la décision populaire », a confirmé Meghan Markle. « La plupart des gens ont peur de l’inconnu, mais parfois vous avez besoin de vous lancer », a dit la maman d’Archie, précisant que « quand vous savez vraiment qui vous êtes, que vous savez en quoi vous croyez et que vous vivez en conséquence, alors je pense que vous pouvez commencer à lutter contre les racines de votre peur ».

Malgré qu’ils aient tenté, Camilla Parker-Bowles et son homme le prince Charles ne devraient pas s’attendre à un grand changement. D’autant plus que Meghan Markle donne l’impression de se plaire loin des membres du clan royal britannique. Au point où elle pourrait envisager de passer les fêtes de Noël seule, si son homme s’entêtait à se rendre en Angleterre.

Alors qu’il était programmé depuis septembre 2020 qu’ils passent les fêtes de fin d’année au Royaume-Uni avec les autres membres de la tribu royale, Meghan Markle risque bien de changer d’avis et laisserait aller le prince Harry seul. « Frogmore Cottage a été préparé pour l’arrivée de vacances d’Harry en décembre », précise US Weekly.

D’après la spécialiste royale Katie Nicholl, et auteure du Livre Harry and Meghan, c’est le couple qui s’est rétracté. « Ils apprécient vraiment leur nouvelle vie en Californie et leur nouvelle maison. Ils n’ont aucun plan de retour au Royaume-Uni pour Noël », confirme-t-elle. Dans toutes évidences, des paramètres indépendants de leur volonté peuvent aussi compromettre ce déplacement au Royaume-Uni, dont l’évolution de la crise liée au covid- 19.

En France déjà, la consigne a été donne de limiter les rassemblements, même en clan, à « six personnes maximum ». Et on n’ignore encore si la liste des restrictions via le monde ne va pas s’allonger. Dans ces conditions, même les membres du clan royal britannique risquent d’être de fêter Noël chacun dans son domaine privé.