Carla Bruni regrette beaucoup de choses qui se sont passées depuis qu’elle a fait son entrée à l’Elysée. En plus d’avoir été contrainte de mettre fin à sa carrière artistique, plein d’autres choses lui ont été imposées, contre son gré. Et c’est une confidence de Jean-François Copé qui éclaircit quelques détails concernant cette affaire.

La mère de Carla Bruni, Marisa Borini, avait déjà annoncé que sa fille avait peur de retourner à l’Elysée car elle ne voulait pas mettre fin à sa carrière artistique.

« Ma fille veut, je crois, continuer à être musicienne et je pense que lorsqu’on a un talent de créateur, il ne faut pas le mettre de côté. Je me suis sentie très à l’aise, comme si j’avais vécu toute ma vie à l’Elysée. Il faut dire que je n’ai eu que le bon côté », a-t-elle annoncé.

Jean-France Copé n’a pas hésité à commenter cette affaire lors d’un entretien avec le magazine « Le Parisien » :

« Il a récemment indiqué par antiphrase que, s’il y avait une crise, il reviendrait. La réponse, c’est lui qui l’a donnée. Ses intentions sont claires. Il faut faire les choses dans l’ordre. Commençons par regarder si on est capables de proposer une alternative crédible. Si on ne l’est pas, on verra alors ce qu’il en sera », a-t-il lancé.