A cet instant, une histoire très inquiétante au sujet du prince Albert II « sème le trouble » au palais. Le souverain du Rocher fait l’objet d’une accusation venant d’une femme brésilienne, en relation avec son passé. Il s’agirait d’un troisième « enfant illégitime ».

Cette histoire a de quoi stresser le père de famille, ainsi que toute la famille princière. Fort Heureusement, sa femme, Charlène est présente et se tient à ses côtés pour le soutenir.

Le prince Albert II r est célèbre pour ses nombreuses conquêtes amoureuses avant son union avec Charlène. Officiellement, il a reconnu deux enfants nés hors mariage, longtemps avant la venue au monde des jumeaux Jacques et Gabriella. Jazmin Grace Grimaldi, née en 1992, est l’aînée des enfants du prince du Rocher, issue de sa relation de courte durée avec l’américaine Tamara Jean Rotolo. Le second, Alexandre Coste, est né en 2003, de sa liaison avec Nicole Coste.

Il y a quelque jours, Histoires royales colportait les accusations d’une jeune brésilienne qui confirmer avoir eu un enfant avec le souverain. En effet, cet enfant, c’est une fille âgée de 15 ans et née le 4 juillet 2005. La jeune maman de 34 ans indique que le « dit papa » a refusé de faire des tests d’ADN pour affirmer sa paternité.

En effet, le souverain n’a jamais voulu reconnaitre l’enfant. Information ou intox, personne n’en sait davantage. Et le palais n’a pas encore réagi à ce sujet. La jeune femme est allé jusqu’à poursuivre le prince Albert II en justice. D’après Histoire royales, elle aurait déposé sa plainte au tribunal de Milan qui a fixé une date pour l’audience en reconnaissance de paternité.

La brésilienne a fait recourt aux moyens judiciaires parce que le souverain lui-même aurait balayé tout espoir d’arrangement à l’amiable, même si cette solution paraissait la bonne, particulièrement pour l’adolescente. « Nous espérons parvenir à un accord au préalable. Pour protéger la fille de mon client, un procès doit être évité. Je trouve que ce processus est inutile si le problème peut être résolu avec un test ADN rapide. Nous nous sommes tournés vers la Cour après avoir tenté en vain la conciliation à l’amiable », a expliqué l’avocat de la plaignante.

L’avocat a aussi indiqué que sa cliente aurait déjà eu à accompagner le prince durant l’un de ses déplacements en Europe. La jeune femme, qui a décidé de garder son anonymat, confirme aussi avoir envoyé les photos de l’enfant après sa naissance au souverain, mais n’a jamais reçu un retour venant de lui.