Pour se remettre de la mort de son regretté père Stefano Casiraghi qui a tiré sa référence à la suite d’un accident nautique, Charlotte Casiraghi se serait fait aidée par plusieurs ouvrages. Et le dernier livré consulté en ce sens est précisé.

En effet, l’héritière Grimaldi demeure traumatisée par le décès de son défunt père.

Elle n’avait que quatre ans son père, « est victime, le 3 octobre 1990, d’un acci­dent d’off­shore ».

« Mais le souve­nir de cet éter­nel jeune homme, fauché dans la fleur de l’âge, demeure très vivace dans la famille », a colporté le magazine « Gala ».

Cependant, Charlotte Casiraghi lui a aussi dédicacée dans son livre « Archipel des passions, cosigné à quatre mains avec Robert Maggiori, son ancien professeur au lycée.

Alors, selon un média italien, « I Dona », un ouvrage signé Bessel Van Der Kolk (édité en France chez Albin Michel), « Le Corps n’oublie rien », lui aurait permis de calmer partiellement ses angoisses.

En effet, l’auteur est un psychiatre d’origine américaine, spécialiste du syndrome de stress post-traumatique.

Alors, il a livré des clés afin de restaurer son corps après un traumatisme, voire le plus ancien.

Par ailleurs, la disparition dramatique de son père, Charlotte Casiraghi en avait abordé l’année dernière durant d’une interview accordée à l’Observateur de Monaco.

« Mon expérience personnelle a été faite d’événements tristes, comme la mort précoce de mon père, mais ce sont des choses qui arrivent à tout un chacun, peu importe d’où il vient », a-t-elle déclaré.