Charlotte Casiraghi et Jean-Michel Blanquer semblent d’accord en tout cas sur ce point. Il s’agit de la tenue vestimentaire à l’école, concernant la fille de Caroline de Monaco, mère de deux petits garçons, dont l’ainé, Raphaël, est issu de sa précédente relation, donnait son point de vu. Elle s’exprimait sur Canal Plus, à l’occasion de l’émission L’info du vrai, en compagnie de Robert Maggiori.

Ils sont co-auteurs du livre intitulé « L’Archipel des passions ».

« L’école, en tout cas la classe, c’est le moment aussi, où porter d’attention sur les vêtements, sur la manière dont on se présente», explique-t-elle. «C’est une manière de reconnaitre que c’est un espace, ce n’est pas un défilé, tous les matins. Cette neutralité est importante aussi », estime Charlotte Casiraghi .

En effet, ce 30 septembre, Jean-Michel Blanquer s’est éternisé aussi sur le sujet auprès des confrères du Figaro. Ces derniers rappellent au ministre de l’Éducation nationale que «sur les réseaux sociaux, un mouvement de jeunes filles est né, revendiquant le droit de s’habiller comme elles veulent». «On ne s’habille pas à l’école comme à la plage », a indiqué le ministre.

«C’est une règle de bon sens», a-t-il insisté. «Nous devons aussi être attentifs à toutes les pressions qui s’exercent sur nos enfants, avec en particulier la surenchère en matière de marques », poursuit Jean-Michel Blanquer et de indiqué que «l’école est un sanctuaire où le vêtement ne doit pas être un facteur de gêne ou de pression ».

En effet, le ministre de l’Éducation a promis des «augmentations de 50 à 100 euros par mois pour les jeunes enseignants » ne s’arrête pas là. Il soutient que «l’école n’est pas le nid du virus. On ne doit pas engourdir la société». Durant cette sortie, le responsable de l’Education nationale faisait comme une sorte de bilan, un mois
après une rentrée scolaire à haut risque à cause de la crise sanitaire qu’on ne connait pas la fin.

« Éducation Covid, revalorisation des enseignants, loi contre le séparatisme, réforme du lycée et du bac: un mois après la rentrée, le ministre de l’Éducation nationale affiche toujours la même sérénité. À l’entendre, la France est un des pays qui a le mieux réussi sa rentrée, en faisant revenir tous les enfants à l’école », commente Le Figaro.