Quelques semaines après le décès de Christophe Dominici survenu à la suite d’une chute d’une quinzaine de mètres d’un bâtiment désaffecté, les raisons avancées sur cette tragédie restent énigmatiques. En effet, le parquet est déjà prêt arrêté une décision drastique.

En fait, il question ici de boucler l’affaire sans répliquer à ladite question : le champion a-t-il mis fin à ses jours ou non ?

Cette hypothèse a été avancée quelques heures après n’est pas approuvée par les analyses toxicologiques.

Il faut noter que ces examens devaient fournir des éléments de compréhension qui ne permettent pas en réalité de confirmer si la chute fatale du papa de deux enfants le 24 novembre dans le parc de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) était un accident ou un suicide.

« L’absorption de substances psychotropes aurait pu permettre de déduire s’il avait pu perdre l’équilibre ou s’il était dépressif. Il n’en est rien », relaye L’Équipe dont le dire est corroboré par le parquet de Nanterre. « Aucune trace de stupéfiants ni d’alcool n’a été relevée dans son sang. Des traces de médicaments en proportion modérée ont été trouvées », indique le parquet de Nanterre.

Par ailleurs, cette investigation pourrait être se conclure dans les prochains jours, sans véritable résultats efficaces. Alors, le commissariat de Saint-Cloud de son côté a précisé que le pauvre souffrait l’été dernier de « bouffées délirantes » en liens avec l’insomnie.