Récemment, l’illustre chanteur Eddy Mitchell a livré une entrevue à nos confrères du JDD et a accepté de se confier sur ses vieux démons, mais également sur son attente avec Johnny Hallyday, disparu il y a trois ans, après une longue lutte contre un cancer des poumons. En effet le décès de son grand pote a beaucoup touché la star, qui a bien pris conscience que la vie peut être souvent dure.

« La maladie de Johnny nous préoccupait énormément, on prenait soin de lui. C’est normal, notre pote, lui était formidable ! », a précisé Eddy Mitchell, qui parle des derniers mois très délicats à supporter pour le taulier. Malgré que l’amour qu’il lui porte soit immense, le chanteur est fâché contre lui pour avoir désavantagé Laura Smet et David Hallyday. « Je ne comprends pas que l’on puisse déshériter ses enfants. Étant le parrain de Laura, il est normal que je la soutienne », a-t-il livré avec beaucoup d’émoi.

Eddy Mitchell est aussi revenu sur ses dépendances qu’il a éprouvé vraiment du mal à se débarrasser. En effet, le chanteur a affirmé qu’il se restait jusqu’à 16 heures par jour dans les casinos, jusqu’à ce qu’il demande à se faire interdire des années plus tard. En effet, c’est en 1983 qu’il s’est rendu compte de l’impact de cette accoutumance et décide de trouver une solution.

De plus, il avait d’autres dépendances qui ont empoisonné sa vie. « J’avais besoin d’un stimulant. J’ai fait toute la tournée sous coke, puis j’ai arrêté aussi sec », a dévoilé Eddy Mitchell. À en croire le chanteur, il dormait très peu et passait son temps » à boire et se droguer durant ses concerts ». Un passé qui peut sembler heurtant, mais qu’il assume pleinement.

Dernièrement à l’occasion de la promotion de son ouvrage « Le Dictionnaire de ma vie », il n’a pas hésité de donner son avis sur la politique actuelle. « De Gaule est un escroc. A cause de lui, je me suis fait tabasser à la Bastille par les CRS, juste parce que je rentrais chez moi. C’était une époque bénie en France, il y avait alors du travail pour tout le monde », a déclaré le chanteur.

Avant de poursuivre : « Moi, je lui souhaite bonne chance à la petite mère Macron. Je ne lui veux pas de mal ». Pas sûr que ses dires plaisent à la première dame de France, qui n’aime pas que l’on s’attaque de son âge. Surtout qu’elle n’a été pas épargnée depuis l’élection présidentielle de son époux en 2017.

De plus, il a déclaré qu’il n’était pas très motivé afin de revenir sur scène. « Mais tout s’est arrêté avec le confinement, on ne pouvait plus enregistrer. J’ai écrit des choses sur l’amour moderne, ces mecs qui tabassent leurs femmes par exemple. Je n’en ai pas vraiment pas envie. Je pourrais chanter un soir, éventuellement deux. Dès le troisième, je sais que j’en aurais marre. Donc, je passe mon tour. Sans regrets. », a-t-il terminé.