En effet, une rumeur a longtemps affirmé la souveraine d’Angleterre fragilisée par une terrible maladie. Toutefois, elle contredit de façon surprenante la rumeur.

La souveraine ne parait pas sur le point de plier sous le poids de la maladie, particulièrement d’un cancer dont on l’a dit atteinte.

Plusieurs médias ont colportés et repris l’information. Le magazine Ici Paris colportait la nouvelle de graves problèmes de santé que soufrerait la reine, au point qu’elle serait mourante.

D’après le National Enquirer, qui lui donnait juste quelques mois à vivre, la souveraine n’arriverait pas jusqu’à la fin de l’année.

«Après une consultation, ‘une insuffisance veineuse ‘ aurait été décelée, raison pour laquelle elle se serait affichée avec des ‘mains bleues ‘, lors d’une récente sortie. Un cancer est même alimenté », colportait le site LeGossip.

Mais quant au Point de vue, la souverain ne ressemble pas à une personne malade. Elle aurait le moral haut et garderait sa bonne humeur.

«Elle s’est en effet beaucoup amusée à recevoir «par vidéo interposé » son portrait commandé par le Foreign Office, une œuvre de l’artiste Miriam Escofet. Et ce jour-là, la Reine Elizabeth II a fait « remarquer avec humour qu’il manquait quelque chose au tableau.

Le thé dans la tasse».

D’autre part. Des sources proches du palais royal ont confirmé que la souveraine, du haut de ses 94 ans, va bien. Et si elle ne quitte plus son domaine où elle est confinée depuis le début de la crise sanitaire, c’est uniquement à cause de son statut de personne «vulnérable » face au virus qui a déjà fait des milliers de morts à travers le monde.

« Pandémie de coronavirus oblige, c’est depuis son château de Windsor que la monarque britannique a écouté et félicité par écran interposé quatre aidants de
l’association Carers Trust », indiquait particulièrement le Journal de Montréal. Mais le magazine France Dimanche qui s’en mêle évoque, au-delà de la «maladie et l’isolement», la dépression de la souveraine dû à l’éloignement du prince Harry et sa petite famille.

«Enchaînant les épreuves depuis le début de la période estivale, la Reine serait au plus bas», est-il colporté. «La reine Elizabeth composerait tant bien que mal avec l’éloignement de son petit-fils Harry», poursuit le site LeGossip qui ajoute que « le duc et la duchesse de Sussex ont mis le cap sur les États-Unis, après un ‘conseil de famille ‘ au cours duquel la reine aurait fait preuve de fermeté. Et aujourd’hui, elle le regretterait et estimerait qu’elle aurait pu être moins intransigeante».