Après avoir lutté contre le Covid-19, qu’ils ont heureusement réussi à endiguer, Emmanuel et Brigitte Macron se retrouvent devant une forte polémique, pour cause d’une facture salée qui n’est pas du tout digérable.

Selon Politis, le budget fleurs a été excédentaire en 2020, avec une dépense estimée à 600 000 euros, beaucoup plus que pour François Hollande, qui n’aurait que 100 000 euros en fleurs. En fait, le motif de ce dépassement n’est pas déterminé. Une chose est vraie, ces chiffres ont heurté les internautes.

« C’est une honte, pendant que certains crèvent de faim », est-il posté sur Twitter.

Et un autre de poursuivre : « Beaucoup de Français se serrent la ceinture plus que sérieusement et les Macron dépensent nos impôts à hauteur de 600 000 € rien que pour les fleurs ».

Cependant, le palais présidentiel n’a pas réagi par rapport à ce chiffre, qualifié de scandaleux par certains.

Alors, quelques jours avant, le président de la république était déjà attaqué par Ségolène Royal dans le cadre de la cérémonie du 25e anniversaire du décès de François Mitterrand.

Par ailleurs, l’ex candidate à la présidence de la république lui attaque pour avoir fermé des lieux culturels et de la vaccination.

« On espère que le monde de la culture pourra revivre, a glissé Ségolène Royal après l’habituel échange de vœux de bonne année. C’est vrai que la culture ce n’est pas plus dangereux que les grandes surfaces. Les salles de sport, tout ça ». Cet entretien avec Emmanuel Macron, Ségolène Royal l’avait souligné face aux caméras de BFM TV.

« Je lui ai dit qu’il fallait libérer la culture, que c’était vraiment urgentissime, notamment en direction des jeunes, a-t-elle expliqué. Il faut rouvrir les salles de sport, qui ne sont pas plus dangereuses – ni les salles de sport, ni les lieux culturels – que les supermarchés. C’est une grave erreur de les laisser fermer, les jeunes sont en grande difficulté. Par conséquent, il est important de réouvrir les lieux où les jeunes peuvent se reconstruire et être ensemble ».

Et de poursuivre : « La priorité doit être aux jeunes y compris pour les vaccins ».