Voici le genre de révélations qui va peut-être faire du mal aux concitoyens en ce temps de crise très délicate. En effet, la crise sanitaire en lien avec la covid-19, a créé aussi une grave crise économique qui va faire tout ruiner sur son passage. Sur ce, certains français essayent de faire face aux lendemains délicats, en faisant des économies lorsque cela est possible.

Dernièrement, nos confrères « Le Point » ont dévoilé qu’un proche du chef de l’Etat aurait cassé pour de nombreux milliers d’euros de matériel, cela énerve. En fait, c’est le général Ferrant, le directeur de la sécurité du président de la République dont il est question ici.

En effet, la facture serait surtout forte et les réparations s’élèveraient à plus de 8 000 euros, a relaté la publication. En effet, ce dernier se retrouvait dans la résidence de Lanterne et a voulu utiliser un fusil anti drone dont il n’a d’ailleurs pas les autorisations pour se servir. Par malheur, il y a eu une fausse manipulation et cela aurait créé la destruction de l’appareil.

En fait, le but principal de cette machine est d’assurer la sécurité du chef de l’Etat, de telle sorte que des drones ne s’approchent de trop près du chef de l’État et emportent avec eux des informations dangereuses sur lui. En effet, ledit appareil crée un brouillage, il est limité sur une distance d’un kilomètre et demi.

Vu que l’appareil a été durement gâté, la sécurité du chef de l’État est en danger. Des moyens supplémentaires ont été apportés, cependant n’ont pas été expliqués pour cause de sécurité. En effet, il existera un truc de secours, au cas où l’appareil se gâte définitivement…

Surtout que la sécurité d’Emmanuel et Brigitte Macron, est un sujet qui est prise au sérieux. En effet, le couple présidentiel reçoit souvent des lettres de menaces de mort, révélant le pire. En effet, les services de sécurité du président de la république sont sur les dents, pour échapper un drame.