Trop grand, trop enrobé, trop poilu, Eric Dupond-Moretti accepte qu’il n’a pas toujours eu un physique simple.

« J’ai assez vite compris que je n’irais pas pécho en boite de nuit », révèle-t-il dans le magazine « Elle ».

En effet, il a donc utilisé l’art oratoire pour « plaire aux filles ». D’ailleurs, c’est au cours d’une plaidoirie que le ministre de la Justice a captivé Hélène, sa première femme, et mère de ses enfants. Il faut noter qu’elle était jurée dans un procès.

« Je l’ai trouvée très belle. À la barre, je n’ai parlé que pour elle », a relaté Eric Dupond-Moretti, qui est en couple depuis cinq ans avec la chanteuse Isabelle Boulay.

En fait, les deux amants devraient se rencontrer en décembre dans le cadre du show de la chanteuse québécoise dans la mythique salle des Capucines, à Paris, si clairement la crise sanitaire le permet.

En effet, celui qui est surnommé le Bernard Tapie d’Emmanuel Macron par Marianne concède que « pleurer quand elle reprend Si tu me payes un verre », le succès de Serge Reggiani ».

Par ailleurs, si le ministre de la Justice aborde du temps en temps sa vie amoureuse, on ne peut pas dire la même chose de sa femme.

« J’ai toujours gardé la porte de mon intimité close. Une liaison c’est fragile, précieux et périlleux », a-t-elle précisé. « De plus, je n’ai jamais voulu parler de mes amours, de peur que ça empêche mon public de se projeter sur mes chansons ».