Lors de son passage sur le plateau de « Ça commence aujourd’hui », son rendez-vous confidence sur France 2, où l’attitude de François Hollande a été fustigée, Faustine Bollaert était vraiment choquée.

En effet, cet épisode a été détérioré par le magazine « Closer ». Et le jour en question, la fascinante brune recevait Maryse Wolinski, qui parlait de la disparition de son mari, Georges, durant l’attentat de Charlie Hebdo.

En fait, la disparition de son époux, elle ne l’aurait apprise que trois jours plus tard grâce un coup de téléphone de François Hollande.

« François Hollande m’a téléphoné, mais trois ou quatre jours plus tard. Moi, je cherchais le corps de mon mari, je l’ai cherché pendant trois jours, et personne ne pouvait me dire où il était ! », a-t-elle déclaré à l’occasion de cette émission à succès de France 2.

« Tous les politiques se déplaçaient au siège de Charlie pour parler devant les caméras, mais aucune famille n’a pas été appelée officiellement. On ne savait rien, c’est un vrai bo*del » », a-t-elle regrette.

Par ailleurs, c’est exactement face à ce type de confidence que Faustine Bollaert éprouve une fatigue psychologique.

« Chaque année, je traverse une période où je mets un genou à terre. En plein hiver, quand nous proposons des émissions consacrées à des affaires de viols ou de meurtres, j’avoue que j’en ai un peu gros sur les épaules », a déclaré la présentatrice au cours d’une entrevue livrée à TV Mag.

D’ailleurs, ça fait deux ans qu’elle est entre les mains d’un psychothérapeute « grâce auquel, « elle vide régulièrement (sa) jauge émotionnelle ». » Il y a toujours cette histoire de trop qui va me bouleverser ».