La guerre autour de l’héritage de Johnny est désormais finie. En effet, Laeticia Hallyday, Laura Smet et David Hallyday se sont réunis et ont conclu un accord sur la succession de Johnny.et cela a eu lieu en de manière confidentielle. Chacun souhaiterait enterrer la hache de la guerre…

« Consciente que la situation née de la remise en cause de ces décisions ne pouvait durer plus longtemps, Laeticia a émis le souhait de parvenir à une entente avec les aînés de son mari. Il en va de la paix réclamée par le deuil, comme de la sérénité qui doit habiter chaque famille », a confié la mère de Jade et Joy a travers un communiqué.

Quant au fils de Sylvie Vartan, il semble avoir tourné la page de cette guerre. « La rage, je ne l’ai plus. Enfin, toujours un petit peu quand même. Il y a des choses qui ne guérissent jamais. Ce qui est fait est fait et personne ne pourra mettre un pansement là-dessus », a-t-il dévoilé durant une entrevue à nos confrères de Télé Loisirs.

Cependant, Laura Smet, a paraphé l’accord pour mettre un terme à cette guerre des nerfs, mais elle a déclaré qu’elle ne va jamais pardonner à sa belle-mère, la manière dont elle l’avait traitée. «


Lorsque mon père est décédé, j’ai écrit cette lettre ouverte posthume, et croyez-moi j’y ai bien réfléchi, parce que pendant plus d’un mois, j’ai fait plusieurs tentatives pour entrer en relation avec Laeticia, mais je n’ai jamais eu de réponse de sa part », a déclaré l’actrice de 36 ans.

Avant de déclarer : « Il n’y aura jamais de paix possible. A partir du moment où elle a franchi la ligne qui est de nous empêcher de dire au revoir à notre père. J’étais avec ma mère ce jour-là. On a attendu quatre heures dans le salon pour qu’on puisse dire au revoir à mon père ».

Par ailleurs, avant sa disparition Johnny Hallyday aurait signé un chèque d’un montant énorme à Laeticia. Selon les dernières allégations, le chèque s’élève à 34 millions d’euros. « Sur les chiffres, il y a eu énormément de fantasmes », a livré la mère de Jade et Joy. Avant de poursuivre :

La réalité, c’est qu’il y a du patrimoine, peu de trésorerie et beaucoup de dettes. Je vais devoir rembourser la dette fiscale. C’est mon devoir, je l’accepte ».