Ces derniers mois ont été notamment douloureux pour Laurent Ruquier. En réalité, tout a commencé lors qu’il avait eu un accident dans son domicile. L’animateur vedette de France 2 a raté une marche et s’est retrouvé avec le poignet cassé. D’autant plus qu’à ce moment-là, il était seul chez lui et a eu du mal à appeler les secours.

« J’ai crié. Je n’ai même pas osé regarder mon poignet, il était tellement dévié. J’ai crié de douleur, mon chien a pensé que je jouais.

Il tournait autour de moi, il était heureux, alors que je souffrais terriblement. » A livré l’animateur phare de France 2. Il a eu le bras immobilisé pendant quelques semaines.

D’autre part, l’animateur savait qu’il était sur un siège éjectable et que sa productrice projeté d’en finir avec l’émission « On est pas couché ». Ce bruit de couloir avait été fait éruption sur le plateau de l’émission « Touche pas à mon poste », animée par Cyril Hanouna sur C8.

« Je crois savoir – je vous le dis, j’ai quelques infos – que France 2 aurait envie d’arrêter Laurent Ruquier. Ils ont envie de l’arrêter dans On n’est pas couché. Les enfants de la télé, ça se passe plutôt bien. Mais je pense qu’il n’est pas très aimé au niveau des dirigeants, même plus haut… Ils ne sont pas comme des fous sur Laurent Ruquier », avait expliqué Cyril Hanouna dernièrement lors de son émission TPMP.

Dernièrement, durant un entretien accordé à nos confrères du parisien, il règle violemment ses comptes avec son ex productrice, Catherine Barma, Et pour dire peu, c’est qu’il est allé franchement. Célèbre pour sa franchise, L’animateur de la seconde chaîne française, cette fois-ci a respecté la règle…

« Je trouve son comportement grossier, pathétique, lâche. Est-ce ma faute si ce sont mes idées qui ont permis à sa société de juteusement fructifier ? Est-ce de ma faute si les autres émissions qu’elle a produites ne sont plus à l’antenne ? Est-ce à moi de supporter les frais d’une société de production incapable de proroger d’autres émissions que celles que j’anime ? », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter: « J’aurais dû croire Frédéric Lopez et Thierry Ardisson : avec elle, ça ne peut que mal se terminer. Cela fait dix ans que j’ai des propositions d’autres producteurs. J’aurais aussi pu produire seul l’émission. J’ai été fidèle et naïf. (…) Au bout de ces vingt ans, j’aurais aimé lui dire merci. Son hypocrisie, sa lâcheté, sa vénalité m’en empêchent »