Emportée en décembre 2017, par un terrible cancer, Johnny Hallyday a laissé derrière lui, une famille bien déchirée à cause de son héritage. D’une part, sa veuve avec ses deux adolescentes, et de l’autre part ses beaux enfants, David Hallyday et Laura Smet.

D’après les dernières allégations, avant de tirer sa révérence, la veuve du taulier lui aurai fait signer un gros chèque d’un montant fou, d’une valeur estimée à 90 000 euros. Cependant, cette rumeur n’a jamais été confirmée par la veuve en question qui est pourtant très régulière sur la toile.

En effet, la guerre d’héritage qui oppose Laeticia Hallyday et ses beaux enfants, Laura Smet et David Hallyday, est enfin terminée. En fait, Laura Smet et David Hallyday procèdent par des contestations depuis le décès en 2017 de Johnny Hallyday, donc la validité du testament…

Par ailleurs, le Taulier a fait de Laeticia, sa dernière épouse, l’unique héritière ; ses deux filles Jade et Joy, bénéficiant, à part égales, des actifs du trust créé par leur père, à la mort de leur mère. Vu que le tribunal de grande instance venait de reconnaitre le statut de Johnny Hallyday comme résident français, les deux aînés de la rock star ne peuvent plus ainsi être écartés.

« Consciente que la situation née de la remise en cause de ces décisions ne pouvait durer plus longtemps, Laeticia a émis le souhait de parvenir à une entente avec les aînés de son mari. Il en va de la paix réclamée par le deuil, comme de la sérénité qui doit habiter chaque famille », déclarait un communiqué.

Pour ce qui est de David Hallyday, il a affirmé : « La rage, je ne l’ai plus. Enfin, toujours un petit peu quand même. Il y a des choses qui ne guérissent jamais. Ce qui est fait est fait et personne ne pourra mettre un pansement là-dessus ».

Néanmoins, malgré que Laura Smet ait paraphé l’accord sur l’héritage du taulier, mais il faut dire qu’elle reste quand même très en colère contre sa belle-mère. « Il n’y aura jamais de paix possible. A partir du moment où elle a franchi la ligne qui est de nous empêcher de dire au revoir à notre père. J’étais avec ma mère ce jour-là. On a attendu quatre heures dans le salon pour qu’on puisse dire au revoir à mon père », a-t-elle déclaré.

Avant de poursuivre : « Ce que je sais aussi, c’est qu’on n’a pas dit à mon père qu’il était en soins palliatifs et comme il était toujours sous traitement, mon père ne savait pas qu’il allait mourir. Je vous dis des choses très intimes mais qui sont chez moi une déchirure que je ne pourrai jamais guérir ».