Ce n’est pas aisé d’entrer au sein du clan royal notamment pour Meghan Markle ! Quand on est habitué à la liberté, il est délicat de se soumettre aux principes requis, notamment d’après le protocole royal. En fait, c’est à ce niveau que se trouve le problème avec la prise de position actuelle de l’ex duchesse de Sussex au sujet de l’élection présidentielle américaine !

Des manifestations qui ne sont pas appréciées à Buckingham Palace


En effet, partir pour les Etats-Unis est une chose, mais évoquer des sujets qui agacent en est une autre ! C’est ce qui peut justifier la situation dans laquelle Meghan Markle se retrouve en devenant l’épouse du prince Harry. Quand bien même elle avait songé retrouver sa liberté, en s’unissant avec Harry, elle a aussi épousé la royauté et son protocole. En effet, la maman d’Archie avait pensé qu’en poussant les américains à aller aux urnes le 3 novembre prochain, elle a tout carrément accompli son devoir comme citoyenne. Sauf que devant les yeux du clan royale c’était une insulte comme l’explique Carolyn Durand, l’auteure de l’ouvrage « Finding Freedom ».

Quand tout dépend la de tradition !


Pour Meghan Markle, la polémique autour de son intervention médiatique est inconcevable. Elle pense avoir était prudente sur ses dires afin d’éviter que cela engendre de controverse. Sauf que cela a entraîné l’effet contraire. Conseiller les Américains à aller choisir le président n’est pas une mauvaise chose en soi, sauf que la monarchie britannique n’est pas du tout d’accord avec elle. D’après elle, les membres du clan royal doivent préserver leur neutralité en matière de politique tout en évitant de l’aborder devant le publique.

Questionnée par le magazine Elle.com, Carolyn Durand confirme que cette prise de parole effectuée par Meghan Markle était plausible à ses yeux. Alors, cette dernière aurait pensé que « ses commentaires n’étaient pas différents de ceux de nombreuses personnalités publiques, politiques, philanthropiques et humanitaires, peu importe leur position. ». Selon le couple, demander aux gens d’aller urnes est un devoir civique et non une ingérence dans la vie politique d’un pays. Par malheur pour eux, le protocole stipule le contraire !