Olivier Véran a été qualifié de meurtrier à l’occasion de l’émission de David Pujadas sur LCI, La Grande Confrontation sur LCI , par une intervenante très politisée lui critiquant la dangerosité des vaccins contre le coronavirus en passe d’être proposés aux Français.

« Ce débat ne devrait même pas avoir lieu », a-t-elle lâché à l’occasion de l’émission de David Pujadas, critiquant premièrement au ministre de la Santé d’avoir toujours changé de point de vue, et d’avoir empêché certains « remèdes » contre le vaccin dont l’hydroxychloroquine du professeur Raoult.

Cependant, Olivier Véran est resté embarrassé, alors qu’il a été traité de tueur. Alors, Anaïs Lefaucheux serait, d’après Télé Loisirs, pro-Donald Trump, Florian Philippot, et Didier Raoult.

Nonobstant la gravité des accusations, Olivier Véran est resté calme et est poli.

« Je ne vais pas vous traiter indirectement d’assassin ou d’une personne qui manipule les chiffres. Je n’ai jamais dit qu’il n’y avait pas de dangerosité avec un vaccin », a-t-il précisé, révélant qu’avant la proposition de ce vaccin, plusieurs études cliniques ont été menées.

Par ailleurs, si des conséquences néfastes devaient apparaitre, il ne faut pas de le cacher aux Français. « Nous avons tout un système de pharmacovigilance, de surveillance en population générale dès lors que la campagne de vaccination va commencer », a ensuite poursuit Olivier Véran.