Décidément, Patrick Bruel ne cesse de faire parler de lui ces derniers temps !

Après une première vague de critique menée par la revue « Public » suite à sa participation à un « dîner clandestin », le chanteur français avoue avoir un petit pécher.

C’est ce qui a été rappelé par la revue « Public » en consacrant sa première page au chanteur sexagénaire afin de revenir sur cette affaire du dîner « de honte » dans un restaurant du 16ème arrondissement de Paris, en compagnie de sa belle Clémence, une brunette de 27 ans, mais également Ary Abittan, un ami de longue date.

Une décision plutôt controversée puisque les deux célébrités ont été les premiers à inciter les français à rester chez eux et respecter les gestes barrières durant cette dure épreuve qu’est la pandémie du coronavirus.

La revue « Voici » de son côté aurait un tout autre scoop : des confessions livrées par l’artiste lui-même lors d’une interview au compte de RTL où il aurait partagé un petit pécher.

« Aujourd’hui, quand on se lève le matin, on met une chaîne d’info, mais pendant des années, il y avait juste ‘Amour, gloire et Beauté’. Et pour moi, c’est devenu addictif. » explique Patrick (Bruel) dans un premier temps.

« Tu regardes sans le vouloir et tu te mets à te passionner pour Ridge Forrester, tu te demandes ce qui va se passer. C’est terrible, je suis resté accord pendant des années » finit-il par conclure.