Tisanes, infusions, décoctions… Pas facile de s’y retrouver ! Pourtant, savoir faire la différence permet d’utiliser au mieux les plantes de nos remèdes de grand-mère.

On appelle tisane toute préparation à base de plantes macérées dans de l’eau bouillante. Il existe différentes façons de préparer ces tisanes selon le type de plantes utilisées. Ainsi, on distingue les décoctions des infusions.

1. Les décoctions

Le but d’une décoction est d’extraire les principes actifs de parties épaisses et ligneuses des plantes telles que l’écorce (bouleau), les branches (thym), les racines (valériane) ou les graines (lin) pendant une cuisson dans l’eau.

Annonce

Comment faire : plongez la plante dans une casserole d’eau froide, puis portez l’eau à ébullition. Une fois l’ébullition atteinte, réduisez le feu au maximum.

N’oubliez pas de couvrir pour laisser mijoter doucement pendant 20 à 30 minutes. Pour faire simple, plus la plante est épaisse, plus le temps de cuisson sera long.

La décoction peut être bue froide ou réchauffée.

2. Les infusions

L’infusion est la méthode utilisée le plus couramment en matière de phytothérapie (soin par les plantes).

On utilise cette technique de préparation pour les feuillages (menthe), les fleurs (camomille) et certaines baies (cranberry) à la peau peu épaisse.

Comment faire : faites bouillir un peu d’eau. Mettez les plantes dans une tasse et versez l’eau bouillante dessus. Laissez infuser 2 à 3 minutes, puis buvez le mélange obtenu.

3. Durée de conservation

Dans les deux cas, le mélange obtenu se conserve un jour tout au plus. C’est pourquoi je vous conseille de ne préparer que la quantité nécessaire pour une utilisation à la fois.

Beaucoup de nos médicaments modernes tirent leurs principes actifs des plantes de nos jardins. Pourquoi se priver de leurs bienfaits alors qu’il est simple et beaucoup moins coûteux de préparer des remèdes maison ?

Et je ne parle même pas de l’impact de l’activité des laboratoires pharmaceutiques sur l’environnement. Même si nous n’avons pas de potager chez nous, il est facile d’en cultiver en pots ou de les trouver prêtes à l’emploi en magasins bio ou herboristeries.

Une autre manière d’être écolo et économe !