Depuis son apparition, le virus à l’origine du Covid-19 fait l’objet de nombreuses recherches pour répondre aux interrogations des scientifiques. Celles-ci portent sur les mécanismes d’action du virus, les différents vaccins ou traitements possibles et enfin les symptômes de la maladie. En effet, ces derniers semblent évoluer à mesure que les connaissances se développent à leur sujet. Et parmi les symptômes les plus étranges recensés, le New York Post met en avant une gangrène, des ulcères buccaux ainsi que des éruptions cutanées.

Toux, fièvre, perte du goût ou de l’odorat, fatigue…Si l’on sait déjà que le Covid-19 peut entraîner de nombreux signes dans le corps, certains symptômes moins fréquents, voire rares sont également signalés par des médecins qui les attribuent à une infection au virus. Pleins feux sur ces manifestations étranges.

Une femme amputée des doigts à cause d’une gangrène

Relayé par nos confrères du New York Post, le cas d’une femme en Italie met en avant un symptôme peu fréquent : une gangrène causée par une coagulation sévère suite à l’infection au virus. Âgée de 86 ans, son cas a fait l’objet d’une étude parue dans The European Journal of Vascular and Endovascular Surgery. Les scientifiques expliquent que la patiente dont les doigts sont devenus noirs aux extrémités s’est présentée en avril 2020 et souffrait de ce que l’on appelle une gangrène sèche au niveau des 2ème, 4ème et 5ème doigts de la main droite.

Selon le Dr Philippe Boidin, chirurgien vasculaire, la gangrène sèche se traduit par des tissus généralement noirs liés à un flux sanguin interrompu en raison d’une artère bouchée, tandis que la gangrène dite humide est caractérisé par des tissus qui suintent en putréfaction. Le premier cas, qui concerne la patiente octogénaire, a mené à une amputation des doigts en question. En outre, l’histopathologie (étude microscopique des tissus, ndlr) a révélé une thrombose intravasculaire digitale.

Citée par le Figaro en avril dernier, Shari Brosnahan, médecin réanimatrice spécialiste des poumons indiquait également avoir traité deux patients quadragénaires à risque de se faire amputer. Tous deux en réanimation, l’un risquait de perdre ses quatre membres et l’autre une main. Elle avait ainsi mis en avant la possibilité d’une gangrène sèche en soulignant que les doigts peuvent souvent en pâtir.

Des ulcères buccaux mis en avant par un médecin britannique
Parmi les autres symptômes qui ne figurent pas officiellement sur la liste de l’OMS, il y a aussi ce que l’on appelle la “langue Covid”, une manifestation atypique de la maladie qui se traduit par un gonflement de la langue ou encore des ulcères buccaux. Tim Spector, professeur en épidémiologie génétique au King’s College de Londres avait partagé des photos de patients sur son compte Twitter pour signaler un lien potentiel avec le Covid-19.

Ses conclusions auraient été obtenues grâce à la Zoe Covid Symptom Study, une application sur laquelle les patients sont encouragés à rapporter leurs symptômes durant l’infection. En réponse à un mail de USA Today, il explique que les données de l’application suggèrent que “la langue Covid est réelle”. Pour autant, il estime que cette manifestation reste “probablement rare, affectant moins d’une personne sur cent”. Il en appelle toutefois à se montrer prudent en cas de symptôme inhabituel et de s’isoler en cas de doute sur son état de santé.

Quid des éruptions cutanées ?

Reconnues comme un symptôme du Covid-19, les éruptions cutanées ont été signalées chez des personnes positives au virus. Interrogée à ce sujet par le Journal des Femmes, le Dr Laurence Le Cleach, dermatologue, indique que les signes sont très variés, les deux principaux étant des éruptions maculo-papuleuses, autrement dit des plaques rouges ou des boutons qui apparaissent sur le corps tout entier, notamment sur la partie supérieure, ainsi que des urticaires, semblables à des piqûres d’orties, sous forme de “petites papules disséminées sur le corps”. Souvent, “cela survient dans les jours suivant le début des signes infectieux de la maladie, principalement chez des patients âgés de 40 à 50 ans”, ajoute le Dr Le Cleach, indiquant que ces deux types d’éruptions ont été signalés chez des personnes dont l’infection a généralement été confirmée par une sérologie ou un test PCR.

Quant aux engelures signalées chez des patients plus jeunes, la dermatologue indique que le lien avec le Covid-19 fait toujours l’objet d’interrogations, la plupart d’entre eux s’étant avérés négatifs suite au dépistage. Globalement, elle conseille néanmoins de consulter son dermatologue ou son médecin traitant en cas de manifestations cutanées. Si elles s’accompagnent de symptômes comme de la toux, des difficultés respiratoires ou une fièvre, elle recommande alors d’effectuer une téléconsultation pour qu’un professionnel de santé puisse informer le patient sur la marche à suivre.